De l’importance d’avoir une bonne pharmacienne

Samedi après-midi. Comptoir d’une pharmacie montpelliéraine.

La dame âgée : « Je dors très mal, je voudrais quelque chose de naturel ».

La pharmacienne : « Tenez, de la passiflore, ça va vous aider à mieux dormir ».

La dame âgée, l’air vraiment désolé : « Je dors tellement mal, si vous saviez ».

La pharmacienne : « Dans ce cas la passiflore ne suffira peut-être pas, c’est quelque chose de léger. Mais dites-moi, qu’est-ce qui vous empêche de dormir ? »

La dame âgée : « Il y a des jeunes dans l’appartement de dessous. Ils font du bruit tous les soirs ! J’en ai parlé au syndic, les jeunes ont répondu que la vieille n’avait qu’à dégager. Si c’est pas malheureux d’entendre ça… »

La pharmacienne : « Je comprends, ce n’est vraiment pas drôle. Tenez plutôt que de la passiflore je vais vous donner un peu d’homéopathie pour vous aider à vous détendre. J’espère que ça va s’arranger. Et surtout vous me tenez au courant d’accord ? »

Et c’est une dame âgée visiblement déjà plus sereine, presque souriante, que j’ai vue ressortir de la pharmacie. Qui sait ? Peut-être même a-t-elle déjà un peu mieux dormi la nuit suivante.

Morale de l’histoire : quoiqu’on en dise, les pharmaciens sont des acteurs majeurs de notre santé et de notre bien-être. Du moins ceux qui prennent le temps de s’intéresser aux patients et non aux clients qui sont face à eux. Pourvu que ça dure.

L’écoute d’un pharmacien, c’est bien ! Illustration : Noé Bouclette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *