Archives mensuelles : septembre 2015

La nuit, chacun sa vie, chacun son lit

Certains enfants demandent à aller se coucher. Ce n’est pas une légende urbaine, mon second était de ceux-là. Les autres, si on leur laissait le choix, passeraient toutes leurs soirées devant la télé. Sans parler de ceux qui se verraient carrément dormir avec papa-maman. Seulement voilà, la nuit, c’est chacun sa vie, chacun son lit. Une habitude difficile à faire respecter à la maison ? La solution, explique le docteur Sylvie Royant-Parola, présidente du réseau Morphée, dans un très bon article paru sur Atlantico :  autoriser le petit visiteur de la nuit à se lever une seule fois après avoir été mis au lit. Ca peut sembler fastidieux à mettre en place, surtout quand certaines habitudes se sont installées. Mais ça en vaut la peine. Au final, tout le monde y gagne.

Nota bene : se coucher un peu plus tard pour regarder un dessin animé ou une comédie en famille quand il n’y a pas école le lendemain, c’est non seulement autorisé, mais encouragé !

au-lit,-petit-lapin---208656

Un joli livre pour aller au lit.

De l’importance d’avoir une bonne pharmacienne

Samedi après-midi. Comptoir d’une pharmacie montpelliéraine.

La dame âgée : « Je dors très mal, je voudrais quelque chose de naturel ».

La pharmacienne : « Tenez, de la passiflore, ça va vous aider à mieux dormir ».

La dame âgée, l’air vraiment désolé : « Je dors tellement mal, si vous saviez ».

La pharmacienne : « Dans ce cas la passiflore ne suffira peut-être pas, c’est quelque chose de léger. Mais dites-moi, qu’est-ce qui vous empêche de dormir ? »

La dame âgée : « Il y a des jeunes dans l’appartement de dessous. Ils font du bruit tous les soirs ! J’en ai parlé au syndic, les jeunes ont répondu que la vieille n’avait qu’à dégager. Si c’est pas malheureux d’entendre ça… »

La pharmacienne : « Je comprends, ce n’est vraiment pas drôle. Tenez plutôt que de la passiflore je vais vous donner un peu d’homéopathie pour vous aider à vous détendre. J’espère que ça va s’arranger. Et surtout vous me tenez au courant d’accord ? »

Et c’est une dame âgée visiblement déjà plus sereine, presque souriante, que j’ai vue ressortir de la pharmacie. Qui sait ? Peut-être même a-t-elle déjà un peu mieux dormi la nuit suivante.

Morale de l’histoire : quoiqu’on en dise, les pharmaciens sont des acteurs majeurs de notre santé et de notre bien-être. Du moins ceux qui prennent le temps de s’intéresser aux patients et non aux clients qui sont face à eux. Pourvu que ça dure.

L’écoute d’un pharmacien, c’est bien ! Illustration : Noé Bouclette

Maladies rares : un dispositif pour signaler les effets indésirables des traitements

La mini-série Connasse, je suis fan. Alors quand Maladies Rares Info Services imagine #Cassepieds, j’applaudis. L’objectif de cette parodie ? Faire connaître SVP effets indésirables, un nouvel outil à destination des patients.

Pour rappel, depuis la loi du 29 décembre 2011, tous les usagers du médicament ont la possibilité d’en déclarer les effets indésirables sur le site de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Une démarche primordiale pour améliorer la pharmacovigilance.

Affiche_MRIS_A3